Les Hauts de Hurle-vent

Les Hauts de Hurle-Vent

Les Hauts de Hurle-Vent

Bon je n’avais pas l’intention de faire des fiches de lecture sur le blog, préférant garder l’usage de mon forum pour cela. Mais mon émotion pour Les Hauts de Hurle-Vent fut trop intense.

Emily Brontë était une fille de pasteur intransigeant. Elle n’a pour ainsi dire connu que son domaine et vécu à travers les livres et au chevet de son frère, qui était violent, joueur et alcoolique. Elle n’a écrit que Les Hauts de Hurle-vent. Elle est la soeur d’Anne et Charlotte Brontë qui ont été plus prolifiques. Cependant son oeuvre est devenue une grand classique en GB et dans le monde anglo saxon. C’est une des oeuvres incontournables du background goth littéraire.

L’histoire:

L’histoire est racontée 40 ans après le début des faits ( depuis XIXe) par une ancienne domestique des Hauts de Hurle-vent (grand domaine agricole dominant une lande marécageuse balayée par les vents) à un locataire occupant pour un an (6 mois en fait) le domaine (Thrushcross Grange) en contre bas des Hauts.
Lorsque le narrateur Lockwood arrive à Hurle vent pour rencontrer le propriétaire de Grange, il rencontre le sombre Heathcliff. La maisonnée fait tout pour être inhospitalière et peu arrangeante. Heathcliff est brutal et rustre comme les autres habitants de la demeure.
Pris dans la tempête de neige qui assaille la région, Lockwood se voit malgré tout jeté dehors. La cuisinière prise en pitié pour le citadin, l’invite à dormir à Hurle-vent dans une chambre condamnée et interdite à quiconque.
Durant la nuit, il a le loisir de découvrir une bibliothèque surprenante pour un lieu aussi austère et inculte. Il lit le journal d’une jeune fille se nommant Catherine. Décidant de dormir il ferme le tout. La tempete faisant rage, il se leve pour clore les volets lorsqu’il voit stupéfait un spectre lumineux et implorant Lockwood de le laisser entrer.
Terrifié il hurle. Heathcliff déboule dans la chambre en rage qu’on est transgressé ses ordres et renvoie Lockwood finir sa nuit dans la cuisine. Il reste prostré dans la pièce jusqu’au matin implorant le pardon de Catherine.

Rentrant à Grange, Lockwood demande à sa gouvernante (ancienne des Hauts) de lui raconter l’histoire d’Heathcliff.
Elle commence son histoire à l’arrivée d’Heathcliff à Hurle Vent alors qu’il avait 6 ans et qu’il avait été recueilli par le maitre des lieux Mr. Earnshaw. Sa femme ne l’aime pas et son fils non plus. Seule sa jeune fille, d’un an plus jeune s’amourache de lui. S’en suit leur histoire jusqu’à leur 16 ans, où Catherine accepte d’épouser Edgar Lindon, le jeune beau parti vivant à Grange. Et ce malgré l’amour entre elle et Heathcliff.
Heathcliff fuit et revient 3 ans plus tard chargé de vengeance mortelle et d’une fortune incompréhensible.

je ne vais pas plus loin pour ceux qui voudrait découvrir l’histoire.

Mon avis:

Je lis beaucoup… trop peut etre, et de tout. Je peux dire que c’est probablement l’oeuvre que je préfère entre toutes. Elle a même détrôné Monte Cristo pour dire.

Une fois les 40 premières pages passées, l’apprentissage du style littéraire, linguistique du XIXe britannique, c’est une escalade fulgurante dans la haine de la vengeance. Racontée avec un talent hors norme surtout pour quelqu’un qui n’a vécu que dans les livres comme Emily Brontë.

Rares sont les héros malfaisants et les personnages principaux aussi dépourvus de qualités rédemptrices. Ils sont voués à souffrir vivants comme morts.

Heathcliff est un monstre mais on ne peut s’empecher de souffrir pour lui et de vivre sa haine avec lui.

Les Hauts de Hurle-Vent est l’exemple clinique que l’on peut souffrir de trop aimer et de la dévastation que cause les amours inaccomplis.

Le mal suinte comme les larmes qu’Heathcliff n’arrive pas à pleurer.

Cela n’en fait pas de Catherine un être aimable tant elle est erratique et capricieuse mais mon empathie pour Heathcliff fut totale une fois rentrée dans l’oeuvre.

C’est le plus magnifique héros de la littérature, tout genre et époque confondus.

Je crève d’envie de le relire mais,  la charge émotionnelle est tellement forte qu’il faut un temps pour reprendre son souffle.

Un chef d’oeuvre!

Publicités

~ par Mo' sur 29 mai 2009.

4 Réponses to “Les Hauts de Hurle-vent”

  1. Très belle description de ce chef d’oeuvre de la littérature anglaise ! ça me donne envie de le relire cet été !

  2. ce livre est magnifique je n ai rien d autre a dire

  3. a oui aussi moi qui n a que 10 ans j ai vole le livre a ma soeur pour pouvoir le lire
    et puis tout ce que vous avez écris d’ecris trés bien ce chef-d’euvre
    Ce qui aime beaucoup ce livre il y a une chanson qui a étez ecris sûr le livre:
    chante par kate bush nomé WUTHERING HEIGHTS

  4. je suis contente de voir que d’autres personnes ont aimé ce livre. Pour une raison que j’ignore, il me semble assez mal connu en France. Surtout que c’est une oeuvre qui a de multiples qualités: ca redonne envie de lire des classiques en dehors des bancs d’école, ca donne envie d’écrire, ca donne envie de peindre, dessiner. Depuis, je relis tous les classiques qui me tombent sous la main!!!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :